reading FR

Interview : Serial Mooceuse, quand apprendre devie...

Interview : Serial Mooceuse, quand apprendre devient une passion

En voyant le nombre de certificats de nos Serial Moocers s’envoler sur My Mooc, nous avons voulu en savoir plus.
Qui sont ces MOOC addicts ?
Nous avons donc décidé de rencontrer Laura Lebon, Serial Mooceuse et actuellement en tête du classement sur My Mooc avec 26 certificats. Découvrez son interview !

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Laura, 33 ans, développeuse et assoiffée de savoir. Après des études à Tahiti, notre Serial Mooceuse décide de revenir en France métropolitaine pour des raisons professionnelles.

Elle nous avoue en toute franchise qu’à Tahiti, elle a ressenti un réel manque de choix dans ses études supérieures, et a donc été très vite tentée par la facilité d’accès et la diversité d’apprentissage qu’offrent les MOOC. C’est donc lorsqu’elle décide de tenter le MOOC effectuation qu’elle a un véritable coup de cœur pour ces formations. Aujourd’hui, avec plus de 40 MOOC suivis et 26 certifiés, Laura n’est pas prête d’arrêter d’étudier !

Actuellement en train de finir le MOOC 7, et le MOOC « C’est quoi l’éco » entre autres, elle compte bien suivre le MOOC Botanique, apprendre à connaître les plantes dès la rentrée car c’est un sujet qui n’a jamais été abordé.

En effet selon Laura :

« L’intérêt des MOOC, c’est de découvrir de nouveaux domaines »

Pour elle, l’avenir des MOOC et leur développement résident dans le partage. Laura souhaiterait voir encore plus de convivialité et un réel esprit de réseau social autour de ces formations ! 

Mais comment arrive-t-elle à gérer tous ces cours en plus de son travail ? Avec de l’entrainement. A force d’étudier, cela devient plus facile, nous confie-t-elle. Pour partager sa passion des formations en ligne, Laura s’est également lancé un nouveau défi : celui de tenir un blog. Pour celui-ci elle a d’ailleurs déjà prévu de se tourner dès cet été vers des MOOC graphisme et communication. On lui souhaite beaucoup de réussite !

© Clément Meslin, co-fondateur de My Mooc, et Laura Lebon.

Si le partage est important pour notre MOOC addict, elle l’a prouvé en incitant son mari à découvrir ces formations. C’est comme cela que celui-ci a décroché un nouvel emploi

« Quand il a dit lors de l’entretien qu’il avait suivi un MOOC, la personne a tout de suite réagi en demandant de quel MOOC il s’agissait. »

Selon elle, cela a vraiment été un facteur déclenchant pour que son dossier soit accepté. Laura croit donc en l’importance des MOOC sur un CV, et pense que leur notoriété vis-à-vis des recruteurs va se développer considérablement.

« Avoir fait quelques MOOC, cela peut faire la différence pour obtenir un nouveau travail. »

© Clément Meslin, co-fondateur de My Mooc, et Laura Lebon.

Et vous, êtes-vous tentés de devenir des Serial Moocers ?


  1. Félicitations Laura !!! Que de nombreuses femmes prennent exemple de toi ! Malgré les discours et mouvements, la femme demeure ou est toujours considérée comme étant « inférieure » à l’Homme. Les discriminations qu’elles subissent au quotidien sont plus fréquentes et pesantes que pour les hommes. Pour moi, la meilleure arme d’une femme c’est son intelligence, son éducation. Cette capacité à pouvoir comprendre le monde et à en déjouer ainsi les pièges. La prise de connaissance entraine une prise de conscience et les MOOCs ont ceci de beau qu’ils permettent à TOUS d’avoir accès à la science. C’est une merveilleuse opportunité, surtout pour les femmes, de développer leur savoir et de rétablir subtilement le déséquilibre social entre homme et femme. Les Moocs participent ainsi à l’avènement d’une société plus égalitaire, pour ces femmes, pour ces filles qui n’ont pas accès à l’école, à une formation de bonne qualité. Vivement que cette fièvre des Moocs, cette « passion » pour l’apprentissage qu’a LEBON se répande et contamine bien d’autres femmes ». Vive les MOOCs…

    • Merci Cédric (Christian? je ne sais jamais …).
      Mais entre nous, c’était évident qu’une femme devait être en tête du classement. Dieu nous a montré la voie, il a créé l’homme en premier car toute oeuvre a besoin d’un brouillon 🙂

      Blague à part (et désolée si j’ai heurté certain avec mon sens de l’humour parfois douteux), j’espère que cette interview pourra donner à d’autres personnes l’envie d’apprendre, quel que soit son sexe, son âge ou sa nationalité. Je suis parfaitement normale, je suis des MOOC pour le plaisir et non pas parce que c’est mon métier et oui, 1 fois sur 2 je vais plutôt lancer un jeu vidéo ou discuter sur Facebook plutôt que me motiver à continuer un MOOC.

      Avec la facilité et la vitesse à laquelle tu enchaines les MOOC, je ne doute pas que très bientôt je ne puisse plus être N°1 sur My Mooc 🙂

  2. Laura felicitation et courage. Je suis Gabriel Lomengo Shango de la RDC. Je suis facilitateur du « Programme Mooc Camp » er j’ai deja fait une cinquantaine de mooc. Nous sommes ensemble dans le serial mooc

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *